Ce programme donne de l’espoir. Tout ce qu’il vous faut, c’est le désir d’arrêter de consommer et d’essayer ce nouveau mode de vie.

ARRÊTER DE SE DROGUER

NA peut vous aider si vous voulez arrêter les drogues. Il n’est pas nécessaire d’en arriver à une overdose ou à une peine de prison pour obtenir l’aide de NA, ni de penser que la dépendance est un état désespéré dont on ne se rétablit pas. Il est possible, grâce au programme des 12 étapes de NA et au soutien des dépendants en rétablissement de surmonter son désir de consommer de la drogue.

Donnez vous une chance > Assister à votre première réunion NA

TÉMOIGNAGES DES DÉBUTS DE RÉTABLISSEMENT DES DROGUES À NA

LE PROGRAMME NARCOTIQUES ANONYMES

Narcotiques Anonymes offre un programme de rétablissement pour les dépendants à travers le monde. Nous nous concentrons sur la maladie de la dépendance plutôt que sur une drogue en particulier. Beaucoup d’entre nous sont rassurés de savoir qu’ils ne souffrent pas d’une déficience mentale ou d’un manque de volonté; mais qu’ils sont malades dépendants. L’addiction est une maladie. Pour faire le point consulter le questionnaire suivant > suis-je dépendants?

La seule condition pour être membre de Narcotiques Anonymes est le désir d’arrêter de consommer (Troisième tradition de NA).

Notre message est suffisamment simple et large pour s’adresser à tous les dépendants. Il n’existe aucune restriction sociale, religieuse, économique, d’origine, ethnique, nationale, de genre ou de classe sociale rattachée à l’appartenance à NA

> Brochure « Bienvenue à NA »

Ce qui compte pour les membres du groupe, c’est de transmettre aux nouveaux arrivants un message d’espoir et d’être pour eux les témoins vivants qu’une vie sans drogue est possible. Les nouveaux venus sont accueillis dans le groupe qu’ils ont choisi sans aucun frais d’admission ni de formulaire à remplir.

Assistez aux réunions, écoutez avec l’esprit ouvert, posez des questions, prenez des numéros de téléphone et utilisez-les. Demeurez abstinents, juste pour aujourd’hui.

Permettez-nous également de vous rappeler qu’il s’agit d’un programme anonyme et que votre anonymat sera respecté. « Nous ne voulons pas savoir ce que vous consommiez, ni en quelle quantité ni qui vous en procurait. Votre passé et les moyens dont vous disposez ne nous intéressent pas. Tout ce qui nous importe, c’est ce que vous désirez faire concernant votre problème et comment nous pouvons vous aider. »

Réunions NA

QU’EST-CE QUE LA MALADIE DE LA DÉPENDANCE ?

La dépendance est une maladie qui peut atteindre n’importe qui. Certains d’entre nous consommaient pour le plaisir, d’autres pour étouffer les émotions et les sentiments qu’ils vivaient. D’autres encore, qui souffraient d’une maladie physique ou mentale, ont développé une dépendance à l’égard des médicaments prescrits au cours de leur maladie. Certains d’entre nous consommaient de temps en temps pour faire comme les autres et se sont aperçus ensuite qu’ils n’étaient plus capables d’arrêter. Il semble important de déculpabiliser les dépendants qui arrivent à NA et croient parfois souffrir d’une tare morale. La dépendance est une maladie avec ses symptômes et ses propositions de soin. Narcotiques Anonymes est une méthode qui a fait ses preuves dans la vie de milliers de dépendants en leur permettant de devenir abstinents. Évoquer la maladie, c’est suggérer la nécessité de se soigner, de prendre des mesures afin de se rétablir et de ne pas rechuter.

Nous sommes nombreux à avoir tenté de surmonter notre dépendance et à avoir connu un soulagement temporaire, mais nous retombions habituellement dans une dépendance encore plus grande qu’avant.

Peu importent les circonstances. Tout comme le diabète, la dépendance est une maladie continuelle et progressive. Nous sommes allergiques aux drogues. Et pour nous, l’issue est toujours la même : la prison, l’hôpital ou la morgue. Si vous n’avez plus de maîtrise sur votre vie et si vous voulez vivre sans être obligé d’avoir recours à la drogue, nous avons trouvé une façon de le faire.

Le seul moyen de ne pas retourner à la dépendance active est d’éviter de reprendre de la drogue une première fois.
Une fois c’est trop et mille fois jamais suffisant.

> assistez à ma première réunion Narcotiques Anonymes

kit NA de bienvenue pour le nouveau

COMMENT ÇA MARCHE ?

Nombreux sont les dépendants à avoir tenté de surmonter leur maladie et à avoir connu un soulagement temporaire, mais ceux-ci retombaient le plus souvent dans une dépendance encore plus active qu’avant. La dépendance est une maladie continuelle et progressive et arrêter simplement de consommer ne signifie pas que l’on pourra surmonter toutes les émotions générées par la vie quotidienne. C’est la raison pour laquelle NA propose un programme de rétablissement qui repose sur plusieurs piliers : les réunions, l’écriture des étapes, le parrainage, l’engagement dans la fraternité à travers le service et l’entraide entre les membres.

COMMENT SE DÉROULE UNE RÉUNION NARCOTIQUES ANONYMES ?

Chaque réunion, animée par un modérateur membre de NA, commence généralement par la lecture de textes décrivant Narcotiques Anonymes, son fonctionnement selon les Douze Traditions et son programme en Douze Étapes. Puis les participants sont invités à parler librement sur un thème choisi ou les difficultés qu’ils rencontrent et les solutions qu’ils trouvent dans une vie sans drogue. Ces échanges ne se font pas sous forme de discussions mais constituent plutôt une série de contributions individuelles. Chacun peut y prendre ce qui lui est utile et laisser le reste. La plupart des groupes disposent de salles louées à des organisations publiques, religieuses ou laïques. Pour la sécurité des dépendants et celle de ceux qui louent ou prêtent les salles, il est demandé qu’aucun participant n’ait sur lui de drogue ou de matériel servant à en utiliser.

Vous n’êtes pas obligé d’être abstinent pour venir en réunion NA, par la suite, nous vous recommandons de continuer à venir et devenir abstinent.

POURQUOI UN PROGRAMME FONDÉ SUR L’ABSTINENCE ?

Dans Narcotiques Anonymes, les membres sont invités à respecter le principe de l’abstinence complète de toute drogue, y compris l’alcool. Les membres de NA ont compris par leur expérience que l’abstinence complète leur procure un fondement pérenne à une croissance personnelle et spirituelle. NA, dans son ensemble, n’a aucune opinion sur des sujets extérieurs, notamment sur la consommation de médicaments médicalement prescrits.

JUSTE POUR AUJOURD’HUI

Devenir abstinent est un processus qui se construit un jour à la fois, le dépendant établit peu à peu l’abstinence en lui même en ne consommant pas jour après jour. Ne pas consommer juste pour aujourd’hui est un objectif réalisable pour le dépendant. Vivre ici et maintenant aide le dépendant à faire face à la réalité, à l’accepter et souvent à se réjouir et profiter du moment présent.

LES DOUZE ÉTAPES DE NA

Le programme de rétablissement de NA est articulé autour des Douze Étapes. Il s’agit d’un travail d’écriture personnel et de mise en pratique quotidienne qui permettent d’apprendre à mieux se connaître et qui offre des clefs pour affronter et aimer la vie jour après jour sans consommer. Le mot « Dieu », régulièrement accompagné de l’expression « tel que nous le concevons », résume en fait la somme des principes moraux, des aspirations profondes partagées par tous les êtres humains : honnêteté, ouverture d’esprit, bonne volonté, entraide, paix de l’esprit, liberté…

LES DOMAINES DE VIE QUI SE SONT AMÉLIORÉS

Améliorations conditions de vie à NA

La maladie de la dépendance isole. En rétablissement, les membres de Narcotiques Anonymes découvrent l’importance des liens avec d’autres personnes pour rester abstinents. C’est en matière de relations sociales (89,6 %) et de relations familiales (79,2 %) que la vie des membres de Narcotiques Anonymes s’est avant tout améliorée. En retrouvant goût à la vie, 72,2 % d’entre eux admettent redécouvrir des hobbies et des centres d’intérêt. Pour d’autres, enfin, le « clean » permet de bénéficier d’un logement stable (58,7 %), de trouver un emploi (54,9 %), voire même de reprendre ou poursuivre des études (25,7 %).